[Translate to FR:] Monuments and Museums of Crema

La Torre Civica

Appelée également tour Guelfa, elle se dresse depuis 1286 sur l’aile nord de l’hôtel de ville. Comme le Torrazzo, elle porte aussi l'effigie du Lion de San Marco, provenant de la porte Ripalta, une des quatre entrées d’origine de la ville. Mutilée par les Français en 1797, le Lion a été restauré par les crémonais en 1881.

Porte Serio et porte Ombriano

Reconstruite en style néoclassique entre 1805 et 1807, l’arche de la porte Serio est dotée de trois linteaux et elle ferme à l’est la place Garibaldi. L’arche de la porte Serio est dotée d'entablements soutenus par deux colonnades et deux colonnes ioniques.  La porte Ombriano, a été reconstruite entre 1805 et 1807, dans un but purement ornemental, par le même architecte.

Les musées

L’ancien couvent de Saint Augustin est le siège du musée municipal de Crema et du Crémasque. Ses riches collections archéologiques, historiques, artistiques et ethnographiques offrent un vaste tour d’horizon de l’histoire et de la culture de la province du crémasque depuis ses origines à nos jours. La collection de machines à écrire récemment acquise illustre l’un des aspects les plus importants de la production industrielle crémasque du XXe siècle.

Les sections du musée:
Section des arts
Section d'archéologie
Section d'archéologie fluviale
Section d'histoire
Section de musique et mise en scène
Reproduction d'une maison crémasque
Les machines à écrire, technologie et conception

Le Torrazzo

À l’origine le Torrazzo (campanile), dressé non loin de l’hôtel de ville, avait un rôle défensif, car il était la porte de la citadelle et il protégeait l’entrée de la ville. Construit en même temps que le palais, mais depuis 1525, avec l’ajout de la partie supérieure, il n’assume que des fonctions ornementales. On peut admirer sur la place en face du dôme le blason de Crema, restauré en 2004, dans une corniche architecturale. De l’autre côté, vers la rue XX Settembre, on peut admirer le même ensemble et distinguer, par les fenêtres à balcons, le Lion de San Marco, don de Francesco II Sforza.

Le marché austro-hongrois

Situé en face du palais Benzoni-Donati, il a été dessiné en 1825 en style néoclassique tardif par l’architecte lodigien Baldassarre Corbetta en commémoration de la visite de l’empereur François 1er et il a été construit en 1842 pour y accueillir les marchands de grains, de céréales, de lin et de vers à soie. Au centre de la place Trento et Trieste, se dresse le monument aux morts de la première guerre mondiale, œuvre du sculpteur Dazzi.

Les murs vénitiens

 

Pendant la domination vénitienne, qui a duré plus de trois siècles, un système de défense a été élaboré et construit, ce qui a influencé soit la structure urbaine soit le réseau routier urbain, englobant les murailles antiques frédériciaines : les murs vénitiens. Les murailles massives, d’une épaisseur de 1,30 mètres et de 2 844 mètres de long, courent le long d’un tracé qui se devine même aux endroits où il est en partie invisible. 

 

 

Discover more about Crema at: http://turismocrema.com/index.html